Le sommeil: un grand bal hormonal

On associe souvent le printemps aux poussées d’hormones, mais qu’en est-il du sommeil? À la base d’une bonne immunité, du ralentissement du vieil¬lissement, du bon fonctionnement du cerveau et du système cardiovasculaire, le sommeil est effectivement le fruit d’un grand bal hormonal.


Les mécanismes naturels qui engendrent le sommeil impliquent certes la mélatonine (hormone du sommeil), mais aussi plusieurs autres hormo¬nes : l’hormone de croissance, la prolactine, la TSH, l’hormone lutéinisante, l’œstrogène, la testostérone, l’ACTH, la sérotonine, l’angiotensine, l’aldostérone, l’insuline, le cortisol, etc. Un débalancement hormonal peut donc affecter le sommeil. D’ailleurs, bien des femmes se plaignent de troubles de sommeil à la ménopause. Pour contrer ceux-ci, plusieurs préconisent la prise de suppléments de mélatonine. Cependant, au même titre que la médication chimique, cette option ne devrait être qu’une « solution » temporaire accompagnant une stratégie visant à favoriser le rééquilibrage naturel du corps.


Étant donné que la sécrétion hormonale résulte de certains stimuli – lumière, obscurité, sons, émotions, nourriture, exercice, etc. –, on peut la favoriser ou la stopper pour contribuer à l’amélioration du sommeil. Pour obtenir l’effet escompté, on optera pour des actions et des expositions à certains stimuli à des moments précis. Par exemple, en sachant que la sécrétion de la mélatonine s’enclenche dans l’obscurité et atteint un pic entre 2 h et 4 h du matin, on peut planifier ses expositions à la lumière et à l’obscurité et son horaire de sommeil en consé¬quence. Il faut miser sur la tombée du jour pour laisser le corps libérer naturellement sa mélatonine, tout en ne tardant pas trop à aller se coucher, sans quoi, vers le milieu de la nuit, c’est le cortisol – hormone du stress et de l’éveil – qui prend le relais pour nous préparer au matin, rendant l’endormissement plus difficile. Le soir venu, on limitera l’exposition à la lumière artificielle et à la lumière bleue émise par les écrans (téléviseur, ordinateur, téléphone) pour ne pas inhiber la production de méla¬tonine. Si on ne respecte pas ces facteurs de base, on entrave soi-même son processus naturel de production de mélatonine. Prendre un supplément devient ainsi absurde…


Cela est d’autant plus vrai chez les enfants : en pleine croissance, ils ont une capacité de sécrétion hormonale maximale. À moins qu’ils ne soient atteints d’une condition particulière, ils ne devraient pas avoir besoin de supplémentation hormonale. Pres¬crire de la mélatonine à un enfant pourrait même lui être néfaste.


En ce qui concerne l’alimentation, on peut recommander plus de magnésium, de même que le contrôle de l’apport glycémique tout le long de la journée afin d’éviter les variations brutales de la sécrétion de l’insuline et, de ce fait, celles de l’énergie. Bien que la quantité de glucides nécessaire quotidiennement à chaque personne varie selon l’âge, le sexe, la taille, le poids et le niveau d’activité physique, il a été établi que les besoins généraux des adultes se situent entre 45 et 75 g par repas et entre 14 et 30 g par collation, au besoin. En utilisant une juste répartition des glucides, on parvient à maintenir une énergie constante pour vaquer à ses occupations le jour, de manière à préserver un niveau d’activité qui contrastera suffisamment avec le ralentissement de fin de journée, indiquant au corps qu’il est temps de se préparer au sommeil.


Pour bien dormir, il faut donc mettre toutes les chances de son côté : opter pour des exercices, des sons, des images/couleurs, des odeurs, des sensations, des boissons et des aliments favorisant la production d’hormones apaisantes. Il faut aussi marquer clairement le contraste entre le jour et la nuit en se mettant en action dès l’éveil, tout en restant dynamique toute la journée, pour finalement ralentir et « déconnecter » en soirée. Sans oublier, bien sûr, d’éviter les situations et pensées stressantes le soir pour ne pas activer la production du cortisol à l’heure du coucher!

5 vues

L'Institut SOMNA est notamment affilié à Fondation Sommeil, à la Société canadienne du sommeil,

au Réseau canadien de sommeil et rythmes circadiens et au Réseau canadien pour la déprescription

TÉMOIGNAGES

“ MERCI BEAUCOUP POUR CETTE SUPERBE CONFÉRENCE.

LES COMMENTAIRES SONT TOUS TRÈS POSITIFS.

LE TOUT FUT TRÈS PROFESSIONNEL ET PERTINENT

TANT AU NIVEAU DU CONTENU QUE DE LA PRÉSENTATION.

AVEC TOUTE MA GRATITUDE."

ÉLAINE POULIN / COORDONNATRICE /

CENTRE DE SOUTIEN POUR PROCHES AIDANTS / CANADA  

“ UNE SEULE RENCONTRE AVEC VÉRONIQUE A SUFFI POUR ME REDONNER CONFIANCE EN MA CAPACiTÉ DE RÉGLER MON INSOMNIE.

 

QUEL SOULAGEMENT DE TROUVER UNE SPÉCIALISTE QUI COMPREND RÉELLEMENT NOS PROBLÈMES ET QUI EST EN MESURE DE PROPOSER DE VRAIES SOLUTIONS NATURELLES ET DURABLES! "

“ J'AI FINALEMENT RÉSOLU MON PROBLÈME D'INSOMNIE CHRONIQUE QUI DURAIT DEPUIS PLUS DE 15 ANS GRÂCE AUX CONSEILS DE L'INSTITUT SOMNA! "

ANNIE DURAND / PUÉRICULTRICE / FRANCE

ENRIKA LEVASSEUR / CANADA

L'Institut SOMNA

est mobile et peut prendre part à

des tournées nationales et internationales.

Nous offrons de la formation continue aux professionnels

de la santé confirmés et en devenir, ainsi qu'au grand public.

 

Consultations en personne à notre siège social de Chelsea, Québec, Canada (Région Ottawa-Gatineau/Outaouais)

Consultations par SKYPE ou téléphone 

pour les gens de PARTOUT!

© 2020  Institut SOMNA - Gestion naturelle du sommeil, du stress et de la santé .

SOMNA Institute - Natural Sleep, Stress and Health management.

Tous droits réservés.  All Rights Reserved.