top of page
Rechercher

La nuit où j'ai rêvé que je ne dormais pas...



J'ai été insomniaque chronique pendant plus de 20 ans - dès la petite enfance, jusqu'à l'âge adulte. Quand j'ai entendu parler pour la première fois des polysomnographies, j'ai demandé à mon médecin d'en passer une. Après beaucoup, beaucoup d'attente (dans mon cas ce furent plusieurs années), j'ai fini par être appelée.


J'arrive au laboratoire de sommeil un peu fébrile. Je me dis que de toute façon je n'arriverai pas à dormir. Comment pourrais-je y arriver avec tous ces branchements partout, sur un lit froid d'hôpital, entourée de néons et de bruit, si je n'y arrive même pas chez-moi, dans des conditions optimales? J'ai donc pensé que ce serait un mauvais moment à passer et j'ai commencé à compter les heures jusqu'au lendemain. Toute la nuit, l'infirmier vient vérifier mes branchements et mes données. J'ai conscience de toutes les fois qu'il entre dans la chambre.


Le lendemain matin, alors qu'il finit son chiffre et que je célèbre moi-même la fin du mien, je lui confirme avec un brin de désespoir que le test est probablement foutu parce qu'évidemment, comme à l'habitude, je n'ai pas dormi de la nuit. Il me regarde d'un air étonné en me disant: ''Mais vous avez dormi! Tout est là dans les graphiques, on a enregistré votre sommeil.'' Je le regarde d'un air complètement incrédule...


Ce n'est que quelques temps après que j'apprends qu'il existe un type d'insomnie qu'on appelle une « vraie-fausse » insomnie. Comme le mentionne Fondation Sommeil, ''La personne est persuadée qu’elle souffre d’insomnie. Sa sensation, réelle, est qu’elle ne dort que quelques heures durant la nuit ou même pas du tout. Il ne s’agit pas de simulation : simplement ces personnes ont une mauvaise capacité à évaluer la qualité de leur sommeil. Ces personnes ne ressentent pas la sensation de dormir. Des examens polysomnographiques démontrent pourtant que ces personnes dorment de façon tout à fait satisfaisante.''


Je n'en revenais tout simplement pas. J'étais sûre que la machine était défectueuse! D'aillleurs, je me suis obstinée un peu avec l'infirmier en lui citant toutes les heures précises où il était venu dans ma chambre... Il a alors dit que j'avais sûrement eu plusieurs micro-réveils lors de ses venues et que cela m'avait donné l'impression que je n'avais pas dormi de la nuit, alors que j'avais pourtant aussi eu des micro-sommeils entre ces micro-réveils. Bon, d'accord, ce n'était pas une nuit du tonnerre, mais je ne pouvais prétendre avoir passé une nuit complètement blanche!


Cela demeure pour moi une expérience bien mystérieuse à laquelle j'ai encore bien du mal à croire aujourd'hui. Si vraiment je rêvais que je ne dormais pas et que je ressentais véritablement tous les effets d'une nuit blanche, il était plus qu'urgent que je change de rêve! À cela, j'allais commencer à m'y entraîner sur-le-champ!

Somme toute, le moins qu'on puisse dire, c'est que cette expérience m'a permis d'apprendre quelque chose dont je n'aurais même pas pu rêver...


-Véronique Bellemare, Fondatrice de l'Institut SOMNA - Gestion naturelle du sommeil et de la santé


Consultations et formations en gestion naturelle du sommeil et en rééducation au sommeil (somnothérapie)

Entraînement et réentraînement au sommeil. www.somna.ca


Crédit photo: Martine Vallières


382 vues1 commentaire

1 comentário


Convidado:
10 de mar.

Lire ça et le dire non je ne suis pas folle !! Je me suis rendu compte il y a quelques mois que je rêvais que je ne dormais pas et mon dieu que c est fatiguant. Et quand tu l’explique autour de toi tout le monde rigole ! Merci je ne dis pas folle .

Curtir
cameleon.gif
bottom of page